Fundy fera l’objet de courts documentaires du style Planète-Terre.  

Publié le 21 août 2013

Aujourd'hui, la Réserve de biosphère de Fundy de l'UNESCO a lancé sa toute première vidéo des Sentiers et Lieux fantastiques. Tournée dans le parc national de Fundy, elle présente les chutes Dickson en utilisant des techniques de tournage à la fine pointe de la technologie similaires à celles de la série populaire de documentaires sur la nature de la BBC, Planète Terre.

« Nous sommes très fiers de la vidéo des chutes Dickson », déclare Craig Norris, directeur de la photographie pour ce projet, ainsi que propriétaire de VIDEOBAND productions.

« Nous présentons aux téléspectateurs des petits nids d'oiseaux perchés sur les murs moussus de la gorge le long des chutes. Non seulement peut-on y voir un gobe-mouche nourrir ses poussins, mais on y voit aussi les battements d’ailes des parents dans le nid au ralenti. Nous avons ralenti 10 fois les mouvements des oiseaux, ce qui démontre vraiment leur étonnante agilité. »

Le super ralenti est l'une des nombreuses techniques de pointe employées pour cette série de courts documentaires.  « Nous faisons beaucoup appel à l’innovation pour ce projet; deux bons exemples sont notre grue de 18 pieds et notre appareil qui nous permet d’enregistrer en mode time lapse tout en contrôlant les mouvements », explique Norris.

« La grue est un bras d'acier de 18 pieds avec tête robotisée. C'est un peu comme utiliser un hélicoptère pour enregistrer des images fluides avec la caméra en la faisant passer par dessus des choses comme des chutes d'eau », ajoute Norris.

« Notre gamme d'équipements nous donne beaucoup d'options sur le terrain ; la grue nous donne une vue d’œil d’oiseaux, les caméras sous-marines adoptent le point de vue des poissons dans les rivières et l’appareil time-lapse nous permet d’accélérer le temps, afin de montrer en quelques secondes le cycle des marées de la baie de Fundy. En combinant toutes ces techniques, nous donnons à nos téléspectateurs une nouvelle perspective des lieux  », déclare le cinéaste âgé de 33 ans.

Selon Ben Phillips, co-directeur du projet et coordonnateur de la conservation pour la Réserve de biosphère de Fundy de l'UNESCO, quoique la nouvelle génération d’équipements cinématographiques comprenne des appareils qui sont plus portables que jamais, cela ne signifie pas que transporter l’équipement à des endroits éloignés est facile.

« Avec tout l’équipement cinématographique ainsi que l’équipement de camping, nous emportons  environ quatre cents kilos de matériel dans la forêt. Nous comptons sur le personnel de la Réserve de biosphère de Fundy et sur l’aide des organisations telles que Parcs Canada ainsi que des bénévoles pour nous aider à accéder aux Lieux fantastiques », dit Phillips.

L'isolement des lieux fait partie de l'attrait selon Norris. « Nous devons faire de la randonnée de cinq à dix kilomètres, notre équipement est lourd, et, honnêtement, il faut bien du travail pour emporter le tout à un endroit comme les chutes Moosehorn. Mais une fois que nous y arrivons et que, à la lueur du coucher de soleil, nous installons la grue de 18 pieds sur le bord des chutes, nous réalisons que nous faisons partie de quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant et nous reconnaissons que nous avons la chance de créer une vidéo qui peut réellement rendre justice à ces lieux. »

Selon Phillips, l'intention de chaque vidéo est d'expliquer les caractéristiques importantes de chaque lieu fantastique. « Les vidéos explorent une grande variété d'espèces animales et végétales intéressantes comme le saumon atlantique de l’intérieur de la baie de Fundy qui est en voie de disparition, le bécasseau et les autres incroyables oiseaux du rivage, des animaux comme le grand héron bleu et le castor, des vieux arbres géants, de nombreux insectes tout à fait étranges et merveilleux, de minuscules mousses et lichens, des plantes carnivores… Il y a vraiment beaucoup de choses à explorer dans la Réserve de biosphère de Fundy. »

Phillips, qui est également un instructeur à l'Université Mount Allison et a étudié en géographie physique, a choisi de mettre en évidence cet aspect dans la série de vidéos. « Nous regardons et expliquons la formation de certains de ces endroits en expliquant pourquoi ils existent. Les vidéos explorent la formation des éléments du paysage comme les tourbières, les chutes d’eau, les moraines glaciaires, les deltas et les vasières. »

Le projet des Sentiers et Lieux fantastiques a été initialement lancé au printemps 2011 comme un outil d’engagement du public axé sur la nature. « Nous avons cartographié l'ensemble des sentiers officiels de la Réserve de biosphère de Fundy et ensuite choisi 50 endroits incroyables le long de ces sentiers », explique Phillips. « Chaque lieu fantastique est indiqué par un panneau avec un code QR pour les téléphones intelligents menant à une page d'interprétation sur le Web, afin que les visiteurs puissent avoir accès à l’information sur le lieu même. »

Le projet est devenu l'activité principale de la Réserve de biosphère de Fundy au cours des dernières années. « Notre mandat est d'appuyer la conservation, le développement durable et le renforcement des capacités. Ce projet maille bien ces objectifs de manière transparente », confie Megan de Graaf, directrice générale de la RBF.  « La Réserve de biosphère de Fundy de l'UNESCO a lancé le projet Sentiers et Lieux fantastiques afin de promouvoir ces sites naturels et paysages étonnants et afin d’encourager les gens à les visiter. »

Selon Phillips, il y a plusieurs raisons pour lesquelles le projet a été mis sur pied. « Nous voulions que les gens établissent des liens plus étroits avec la nature et nous voulions leur donner une nouvelle façon cool de se renseigner sur la conservation locale. De plus, encourager les gens à faire de la randonnée est un excellent moyen de promouvoir des saines habitudes de vie et c'est évidemment un excellent outil pour les exploitants d'entreprises touristiques. »

La version 2.0 du projet comprend tous les mêmes objectifs, mais se concentre sur du contenu vidéo de haute qualité. « La vidéo sur le Web nous offre la possibilité de rejoindre les gens à leur gré et de leur montrer toute la diversité intéressante que les Sentiers et Lieux fantastiques ont à offrir. »

Cette version du projet a été financée par Mountain Equipment Co-op et Parcs Canada. Le parc national de Fundy, le Dr Ian Mauro, titulaire de la Chaire de recherche du Canada à l'Université Mount Allison et The PostMan Post-Production Studio ont également fourni un soutien en nature.

Jusqu'à présent, l'équipe a terminé le tournage à huit endroits et souhaite en compléter plusieurs autres avant la tombée de la première neige. Selon Phillips, le test le plus difficile est à venir. « Il y a des endroits isolés au Nouveau-Brunswick si étonnants que la plupart des gens ne croiraient même pas qu'ils existent. Le canyon Walton-Glenn est notre prochain et plus grand défi. Emporter tout notre équipement jusqu’au site du Eye of the Needle va être toute une expédition ! »