La directrice générale de la Réserve de biosphère de Fundy de l’UNESCO est l’une des déléguées canadiennes participant à une rencontre de l'UNESCO.

Publié le 2 juin 2014

La Réserve de biosphère de Fundy de l’UNESCO est fière d'annoncer que sa directrice générale, Megan de Graaf sera l'une des trois déléguées canadiennes à la 26e rencontre du Conseil international de coordination du Programme sur l'Homme et la biosphère de l’UNESCO, qui aura lieu les 10-13 juin à Jönköping, en Suède.

En plus de diriger les succès de la Réserve de biosphère de Fundy au cours des deux dernières années et demi, Mme de Graaf a été de plus en plus active dans les réseaux de réserves de biosphère nationaux et internationaux. Son invitation à participer à cette importante conférence internationale démontre à quel point les initiatives de la Réserve de biosphère de Fundy, comme le projet des Lieux fantastique, le programme d’adhésion à la Charte et la recherche menée sur les effets des changements climatiques locaux, sont réputées sur le plan national et international.

« J’ai bien hâte de travailler avec mes deux partenaires canadiens afin de nouer des relations solides avec nos collègues du monde entier », explique la directrice générale de la Réserve de biosphère de Fundy, Megan de Graaf. « J'espère aussi positionner Fundy comme une réserve de biosphère dont les projets sont dynamiques et les collectivités engagées, soit un modèle pour d'autres réserves de biosphère à travers le monde. »

Depuis qu'elle a été désignée comme Réserve mondiale de biosphère de l’UNESCO en 2007, la Réserve de biosphère de Fundy a été en mesure d’attirer une attention internationale sur la beauté de ses paysages naturels et sur ​​l'importance de la conservation dans sa région. La présence de Mme de Graaf lors de la conférence pourrait aider à établir de nouveaux partenariats pour propulser la RBF encore plus loin dans les années à venir.

Le Conseil international de coordination du Programme sur l'Homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO se réunit chaque année pour prendre des décisions importantes concernant les standards internationaux et les politiques du programme MAB, y compris les nouveaux sites pour le Réseau mondial de réserves de biosphère de l'UNESCO.